TOPMENU28

Les news de la gastronomie

Comme un poisson dans la Kamo
Si Les Années douces, un précédent livre de Kawakami Hiromi hantait les tabourets hauts d’une izakaya, ce nouvel opus prend place dans l’échoppe poissonnière d’un petit quartier commerçant tokyoïte. Le maître des lieux, un amateur de Cocteau, réunit autour de lui un groupe hétéroclite et chaleureux, au sein duquel chacun va prendre successivement la parole. S’ensuivent des récits comme autant de lignes de fuite mais qui, tels un banc de poissons, ne feront plus qu’un dans une convergence finale. Tout de délicatesse et de discrétion, ce roman pose une nouvelle pierre au monde paradoxal de Kawakami, d’une évanescente mélancolie mâtinée de fulgurances triviales.
Kawakami Hiromi, Le temps qui va, le temps qui vient, Éditions Philippe Picquier, Collection Japon, 2011, 280 p.


Chapeaux et table ronds
Longtemps plus prisée pour ses bains de mer et son air iodé que pour sa gastronomie, la Bretagne prend sa revanche. Plus fort, elle affirme même un patrimoine culinaire injustement méconnu. En renfort, 30 chefs en font ici le tour en 124 recettes, appuyés sur des produits locaux mais le regard planté vers des horizons lointains. Olivier Bellin, Eric Guérin, Jean-Marie Baudic, Patrick Jeffroy ou Jean-Paul Abadie font partie de ces cuisiniers 100% Breizh qui mixent sans complexe trésors environnants – cocos de Paimpol, oignons de Roscoff, homards, andouilles, maquereaux, etc – et butin de navigateurs. Ils associent terre et mer et écrivent l’histoire du goût de ce territoire du bout du monde. Parce qu’il existe définitivement un univers caché derrière la galette saucisse… Breizh atao !
Marie Olivier, Une table ronde et des étoiles, Édition Planète rêvée, 2010, 272 p.

Plat pays au sommet
Autre territoire, autre inconnue, la Flandre occidentale de Kobe Desramaults est l’essence même de la cuisine du jeune chef belge. Suite à une révélation quasi mystique devant un “gargouillou” de jeunes pousses de Michel Bras, il n’a depuis de cesse d’arpenter, de décortiquer, de dépiauter et de révéler ce que sa terre rude peut recéler de miracles. Sève de bouleau, oseille, achillée, centaurée, bière, anguille, brouillard, fumée, mais aussi porc et bœuf du village de Borre ou le poisson de la criée de Nieuport, il passe au crible tout ce qui pousse, croît, fraye à portée de main. Témoin de cette plongée en micro-territoire, le livre alterne produits, plats, portraits de producteurs et paysages, tous indissociablement liés au cœur d’une cuisine dense et poétique.
Desramauts Kobe, In de Wulf, Éditions Stichting Kunstboek, 2011, 189 p.


Du champ à l’assiette
Un énième livre de recettes certifiées authentiques, avec blouse à fleurs en toile (cirée) de fond ? Pas si simple. Au-delà d’alléchantes propositions de plats, Julien Fouin a souhaité prendre les produits à la source, et rencontrer ceux qui les font, en l’occurrence les agriculteurs d’une coopérative bretonne. Ces derniers lui permettent de tracer le portrait sans cliché d’une communauté rurale bien actuelle et pleine d’amour pour son métier, sa terre et ce qu’elle donne. Il en raconte l’histoire, aidé en cela par la photographe Marie Hennechart qui a réalisé un reportage photographique parallèle. Celui-ci laisse transparaître la même passion et la même diversité que le texte, et a en outre l’intérêt d’affirmer une contemporanéité joyeuse, gourmande et bien assumée. De quoi faire prendre un sérieux coup de vieux aux tenants d’un monde paysan à jamais cristallisé dans la case d’une image d’Épinal…
Fouin Julien, Cuisines paysannes, Rouergue Keribus Éditions, 2011, 144 p.

Je te mange, je me connais
On connaissait le “je t’aime, je te mange”, version Matthew Barney, voici “le moyen le plus simple d’identifier autrui à soi-même, c’est encore de le manger”. Car c’est effectivement, sous le signe de Claude Lévy-Strauss que Jeanette Zwingenberger a placé l’exposition dont elle assure le commissariat à La Maison Rouge. En faisant résonner documents historiques et création actuelle, elle montre les évolutions et persistances du thème de l’anthropophagie à travers les âges et les latitudes. En s’éloignant de l’évidence “gore”, elle a préféré explorer ce sujet tabou à travers les prismes conjugués de l’ethnologie donc, mais également de l’histoire, de la psychanalyse, de la médecine ou de la religion. Faisant la part belle aux jeunes artistes, cette manifestation est également l’occasion d’apprécier des œuvres cruelles ou oniriques d’artistes de la trempe de Gilles Barbier, Michaël Borremans, des frères Chapman, Michel Journiac ou Félicien Rops.
Tous cannibales à La Maison Rouge, 10 boulevard de la Bastille, 75012 Paris.
www.lamaisonrouge.org

Le vin en VO
Daniele de Michele (alias Don Pasta) est DJ et épicurien. Il n’en fallait pas plus pour qu’à une situation donnée, coiffé de l’une et l’autre casquettes, il associe à la fois une musique et un vin. Alors, les sens sollicités par la mémoire, sous forme d’un dialogue avec l’ineffable Candide, c’est parti pour descendre un Côte du Rhône sur le zinc avec Tom Waits, ou faire tintinnabuler un Prosecco, sur une ligne d’Angel dust de DJ Cam, du côté de Dorsoduro. On y découvre Marcel Lapierre sur fond de like a rolling stone et les similitudes de Miles Davis avec un Colli Orientali del Friuli 1999, sa note de fruit sec, ses riffs de sauge, de santal et son solo d’abricot ! On y boit un rosé des Abruzzes avec Jim Jarmusch, sur fond de Mulatu Astatke, aussi conceptuels, raffinés et indéchiffrables les uns que les autres. Un détour par la grotte de la Sibylle de Cumes plus tard, on trinque avec Joe Strummer et Johnny Cash ! Était-ce avec un vin du Pays de l’Hérault de Léon Barral, un Croze Hermitage ou un Aglianico d’Irpinia ? Pour sûr, il faudrait essayer soi-même – voire trouver ses propres associations. Aussi fine mouche que fin palais, Don Pasta donne toutes les adresses pour dégotter ces flacons. Et revivre l’expérience en live…
Wine Sound System, par Don Pasta, Éditions Autrement


Cet article est extrait du Cahier de la gastronomie n° 7, à retrouver sur la boutique Menu Fretin !

 

 

 

 

 

 

 

No comments yet.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes