TOPMENU28

Peut-on cuisiner sans livre ?

De quoi a-t-on vraiment besoin pour cuisiner ? D’une casserole, d’un couteau, d’un feu, d’une marmite ? Non, rien de tout cela n’est véritablement essentiel.

Mais que serait la cuisine sans le livre ? Sans les mots, sans les recettes – quoi que la recette en elle même ne soit pas vraiment essentielle, disons plutôt l’esprit de la recette – sans la transmission par l’écrit, des savoir-faire et des habitudes alimentaires.

Que nous reste-il aujourd’hui des cuisines anciennes si ce n’est ce qui est dans les livres ? La cuisine est un acte éphémère, impossible à dupliquer à l’identique. Le livre est là pour lui offrir du temps, lui proposer une part d’immortalité.

Certes, la cuisine existait bien avant Gutenberg. Mais pour ce qui est de la gastronomie, aucun doute n’est permis. Sans le livre, pas de discours et donc pas de gastronomie. Alexandre Balthazar, Grimod de La Reynière, n’aurait jamais inventé la gastronomie s’il n’avait pas publié les huit volumes de son Almanach des Gourmands.

Indispensable donc, le livre de cuisine n’en reste pas moins protéiforme.
C’est ce qui en fait la richesse.

Petite plongée dans les pages, les images, pour découvrir, entre les lignes, le bonheur de lire en mangeant.


Cet article est extrait du Cahier de la gastronomie n° 6, à retrouver sur la boutique Menu Fretin !

 

 

No comments yet.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes