TOPMENU28

Livre

Qu’est ce qu’un livre ? À l’heure où le monde de l’édition bruisse de part et d’autre sur un hypothétique raz-de-marée du “livre numérique”, il est peut-être sage et nécessaire de (re)définir ce qu’est un livre.

Le mot livre vient du latin liber : l’écorce de l’arbre”. C’est son premier support qui lui donna son nom. Un livre c’est un ensemble de pages, réunies entre elles et comportant un texte destiné à être lu. Un livre est plus gros qu’une brochure ou une plaquette et n’a pas vocation à être périodique, ce qui le transformerait en revue ou en magazine.

Voici ce que Diderot et d’Alembert proposaient dans leur encyclopédie à l’article Livre : “Un bon livre, selon le langage des libraires [éditeurs et libraires], est un livre qui se vend bien ; selon les curieux, c’est un livre rare ; et selon un homme de bon sens, c’est un livre instructif.”

Une des notions essentielles à attacher au livre est son double aspect, à la fois matériel, en tant qu’objet physique, et immatériel, en tant qu’œuvre issue de l’esprit de son auteur. On peut ainsi posséder un livre que l’on a acheté sans pour autant posséder le contenu qui reste la propriété de l’auteur. À la fois matière et pensée, le livre est avant tout un support maniable dont la vocation est de faire circuler une idée. C’est l’invention du codex (un ensemble de feuilles reliées entre elles) face aux rouleaux, qui en réinventant le mode de lecture, allait donner naissance à l’objet livre.

Au XVe siècle, le développement de l’imprimerie fera passer le rôle du livre de la conservation à celui de la diffusion des idées. “Un livre est sitôt fait, coûte si peu, et peut aller si loin ! Comment s’étonner que toute la pensée humaine s’écoule par cette pente ?” écrivait Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris.

Le “livre numérique” n’est et ne sera jamais un livre, mais plutôt un “texte numérique”. Un complément du livre, comme le sont une brochure ou une revue.

L’histoire du livre de cuisine débute, elle, véritablement en France avec la publication du Viandier à la fin du XVe siècle. La cuisine française s’est donc très vite emparée de ce moyen de communication. Le livre – le Guide Culinaire d’Escoffier en est un bon exemple – allait lui permettre de régner en maître durant des siècles sur la planète culinaire. Mais ceci est une autre histoire.

“La fureur de la plupart des Français, c’est d’avoir de l’esprit ; et la fureur de ceux qui veulent avoir de l’esprit ; c’est de faire des livres”

Montesquieu, Lettres persanes.


Cet article est extrait du Cahier de la gastronomie n° 6, à retrouver sur la boutique Menu Fretin !

 

 

No comments yet.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes