TOPMENU28

Le repas gastronomique des Français : Patrimoine culturel immatériel de l’humanité

C’est bien à une sorte de révolution culturelle que nous invite l’UNESCO, particulièrement en France où souvent le concept même de culture est figé dans son acception la plus étroite, la plus aristocratique et élitiste en se réduisant quasi exclusivement au périmètre des beaux-arts, excluant de fait les autres formes d’expressions culturelles et notamment les cultures populaires.

C’est notamment pour élargir notre conception de la culture que l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA) et l’Université François Rabelais de Tours ont lancé puis accompagné l’idée de faire inscrire par l’UNESCO des éléments de notre patrimoine gastronomique sur “la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité”.

Il n’y a dans cette démarche aucune arrogance, aucune tentative de placer la cuisine française sur la plus haute place d’un podium. Le premier motif de cette entreprise est de faire mieux prendre conscience aux Français eux-mêmes de l’importance pour leur identité de leur patrimoine et de leur culture gastronomiques et de la nécessité de les mettre mieux en valeur.

La gastronomie française, il convient de le préciser, ne saurait se résumer, et ce serait même un absurde contresens, à cette haute cuisine à laquelle seule une élite financière a accès. Il s’agit avant tout d’une culture populaire qui constitue l’un de nos marqueurs identitaires les plus forts, un patrimoine que nous ont légué des générations d’habiles paysans, vignerons, artisans, mères de famille, cuisiniers et gourmands qui, durant des siècles, ont affiné des techniques, des savoir-faire, des secrets de fabrication, des recettes. C’est d’abord à tous ces anonymes que cette inscription par l’UNESCO rend hommage.

Cette gastronomie française elle s’exprime et se met en scène dans le cadre du “Repas Gastronomique des Français”, cette “bonne bouffe” rituelle qui marque les moments forts de la vie des individus, naissances, mariages, fêtes calendaires, retrouvailles amicales. C’est tout un ensemble de savoir-faire et connaissances qui sont requis pour la cérémonie du repas gastronomique. Le choix des convives, le choix du restaurant ou, si le repas a lieu à la maison, la quête des bons produits, le recours à un vaste corpus de recettes enrichi constamment, le dressage de la table et de ses ustensiles, la succession des services, le mariage des mets et des vins, les manières et les propos de table.

Cette inscription signifie aussi que la gastronomie est désormais considérée par l’UNESCO, au même titre que la musique, la danse, le théâtre, l’architecture, digne de figurer au Panthéon des créations humaines. Espérons que ce message sera entendu par tous ceux qui ont en charge la politique culturelle de la France et qu’une vraie politique destinée à mettre en valeur notre gastronomie et la transmettre aux générations futures sera initiée. Avec le dépôt de ce dossier de candidature c’est l’engagement qu’a pris la France devant les Nations Unies. En acceptant la demande française, l’UNESCO a rempli sa “part du marché”, il appartient à la France de remplir la sienne et de mettre en œuvre cette politique. La MFPCA et l’IEHCA entendent prendre leur part de cette responsabilité et c’est dans ce sens, conformément aux mesures proposées dans le plan de gestion accompagnant notre candidature, que nous entendons travailler dans les mois à venir.

Il nous appartient à tous désormais de prendre davantage conscience de son importance et d’œuvrer en faveur d’une politique culturelle destinée à donner à la gastronomie française toute la place qui devrait être la sienne, ce qui serait conforme à la volonté des Français.


Cet article est extrait du Cahier de la gastronomie n° 5, à retrouver sur la boutique Menu Fretin !

 

No comments yet.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes