TOPMENU28

Coco : Qui a dit Cocopinage ?

Traduction française de l’ouvrage paru en langue anglaise en 2009, Coco décline le concept lancé il y a quelques années par l’éditeur dans le domaine de l’art contemporain. Dans la série Cream, dix commissaires d’expositions choisissaient chacun dix artistes émergents, afin de dresser un panorama des cent stars de demain. Le monde de la cuisine se prête à son tour au petit jeu des curateurs et des jeunes talents.
Avec, pour chaque adresse retenue, quelques photos d’ambiance, un exemple de menu et une poignée de recettes, on trouvera dans cet ouvrage imposant (448 pages), non seulement le tableau savoureux et réjouissant des “100 meilleurs chefs de demain”, mais aussi – et surtout –, de fascinantes pistes pour décrypter le maillage complexe des affinités électives entre chefs. Car si le patriarche Alain Ducasse présente essentiellement des poulains sortis de son écurie, il est intéressant de noter que c’est le chef japonais Yoshihiro Murata (Kikunoi, Kyoto) qui a sélectionné Pascal Barbot (l’Astrance, Paris), ou que l’italien Enrico Crippa (Piazza Duomo, Alba) a été choisi par le danois René Redzepi (Noma, Copenhague), par ailleurs de six ans son cadet. Ainsi, à côté des réseaux traditionnels d’apprentissage et d’allégeance, il existe désormais des façons détournées, malicieuses et transversales, d’envisager une filiation spirituelle entre deux figures de la création culinaire. En 2010, les chefs voyagent, se rencontrent, se parlent, et goûtent la cuisine des uns et des autres. Sans être conçu comme un guide, ce livre est une invitation gourmande au voyage.
Coco, Phaidon, 49,95 euros


Cet article est extrait du Cahier de la gastronomie n° 5, à retrouver sur la boutique Menu Fretin !

 

No comments yet.

Laisser un commentaire

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes